Helios Latchoumanaya : « A moi d’envoyer »

CPSF

Hélios Latchoumanya, judoka en -90kg

Les Jeux Paralympiques, Helios connait, mais dans leur version « junior », celle des Jeux Paralympiques de la jeunesse pour lesquels il était porte-drapeau de la délégation française à Gênes en 2017.

Hélios se voyait génération 2024, mais ses performances l'ont propulsé auparavant sur la case Tokyo 2020. Il intègre l’Equipe de France en 2017 et enchaine les bons résultats : une médaille d’argent et une de bronze aux Championnats du monde, deux d’argent et une de bronze aux Europe. Il décroche logiquement sa sélection pour Tokyo : « Je suis jeune, je prétends à Paris 2024, mais avant ça, faire les Jeux Paralympiques au Japon c’est un privilège. C’est le pays du judo ! »

Helios

Après s’être entrainé plusieurs années au Pôle France de Bordeaux, on lui propose d’intégrer l’INSEP. Une opportunité qui ne se refuse pas. Tranquille en coulisse, comme il peut être redoutable sur le tatami, Hélios connait ses points forts. Comme tous les sportifs qui préparaient les Jeux, le premier confinement l’a coupé dans ses entrainements. L’INSEP a fermé, il est rentré chez sa mère, dans le Gers : « Quand ça a été annoncé, ça m’a embêté, mais finalement je me suis dit qu’étant le plus jeune de ma catégorie, c’était que du bonus. Aujourd’hui je suis encore mieux qu’il y a un an. Cette année a été bénéfique. »

« J’ai senti que dans deux jours ce serait à moi d’envoyer »

Depuis qu’il est arrivé à Tokyo, le judoka en -90kg se promène dans le Village paralympique les yeux grands ouverts « C’est comme un rêve, on croise tous les sports, tous les pays. » Mais surtout, il n’a qu’une hâte, aller sur le tapis du Budokan pour disputer son tournoi, avec le rêve d’en rapporter une médaille qu’il pourrait fêter avec ses proches au retour en France.

Le 27 août, il était présent dans les tribunes pour encourager sa compatriote, Sandrine Martinet. Il en a profité pour ressentir l’ambiance bien particulière qui règne dans ce temple des sports de combat : « J’ai ressenti de l’excitation et de la tension. J’ai aussi senti que dans deux jours ce serait à moi, à moi d’envoyer. »

Il sait déjà que tous les concurrents auront soif de médaille, un challenge qu’il résume simplement : « Je sais que je vais être sur le tapis, que j’aurai envie et que le mec en face de moi aussi. Il faut juste que j’ai encore plus l’envie que lui. »

Sandrine Martinet : Ce sera l'argent

C’est dans l’impérial Tokyo Budokan que Sandrine Martinet a remporté une médaille d’argent.

Partager

Lien youtube de l'Équipe de FranceLien twitter de l'équipe de France

Suivez-nous

Lien Facebook de l'équipe de FranceLien Instagram de l'équipe de France

Notre palmarès

690

716

760


Partenaires Mondiaux

  • Airbnb
  • Alibaba
  • Allianz
  • Atos
  • Bridgestone
  • COCA-COLA / MENGNIU
  • Deloitte
  • Intel
  • Omega
  • Panasonic
  • P&G
  • Samsung
  • Toyota
  • Visa

Partenaires Premium

  • Groupe BPCE
  • Carrefour
  • EDF
  • Le Coq Sportif
  • ORANGE
  • Sanofi

Partenaires Officiels

  • ACCOR
  • Cisco
  • Danone
  • FDJ
  • PWC