La Grande Escalade

by SO

Reading time26 min

Media duration26 min

1La Grande Escalade

De Voiron à Nouméa, en salle ou dans la nature, sur des murs de vitesse, de bloc ou de difficulté, les grimpeurs de l’équipe de France d’escalade conjuguent leur sport au pluriel. Présentation des Tricolores avant les grands débuts olympiques.

Par Florian Lefèvre, à Voiron (Isère) et Fontainebleau (Seine-et-Marne). Photos : Renaud Bouchez

 

À l’origine, Mickael Mawem a vu son frère, Bassa, escalader un mur. Alors il a fait pareil. Depuis, les années ont passé, et les deux frères n’ont jamais cessé de grimper. Aujourd’hui âgés de 30 et 36 ans, les Alsaciens s’illustrent dans les compétitions internationales d’escalade. 17 000 km et 9 heures de décalage horaire ont beau les séparer la moitié de l’année, c’est comme s’ils étaient toujours ensemble. À l’heure où son grand frère doit être en train de dîner en Nouvelle-Calédonie – où il s’est exilé depuis 2016 –, Mickael fait des tractions sur une main au pôle France de Voiron, en Isère. “Les frères Mawem” : la signature figure sur son masque et sur sa poche de magnésie (la poudre qui permet à ses mains de ne pas glisser au contact des prises). “Même dans la souffrance, je garde le sourire”, lance Micka au cours de sa séance physique matinale. Avec une double motivation en tête : se préparer pour les Jeux olympiques de Tokyo et partager ce moment unique avec Bassa, qui est aussi l’un de ses entraîneurs. “La seule personne avec qui je me sens bien en compète, c’est mon frère, assure-t-il. On se lève à la même heure, on mange les mêmes repas, on a le même rythme… Au départ, on s’encourage et on se motive. Et à la fin, on se félicite ou on pleure ensemble.” Voilà presque cinq ans que Micka et Bassa ont pris rendez-vous avec les Jeux. “Le jour où l’escalade est devenue sport olympique, j’ai appelé mon frère en visio, poursuit le cadet de la fratrie. Et là, on se regarde et on se dit juste : ‘Bah, on y va. C’est parti ! On s’entraîne pour.’ Ça a commencé comme ça. Aujourd’hui, on a notre qualif. On y est. Ou presque.”

 

 

"La seule personne avec qui je me sens bien en compète, c’est mon frère" Mickael Mawem

Mickaël Mawem

Ambassadeur de l’escalade sur les réseaux sociaux

 

Pour la première fois, cet été, des grimpeurs internationaux vont donc se disputer un titre de champion olympique d’escalade. Vingt hommes et vingt femmes avec une bonne dose de folie, apparemment. “C’est un format nouveau, et puis il y a cette Covid qui perturbe la préparation, observe Damien You, 47 ans, le directeur de l’équipe de France. On est dans l’adaptation permanente, donc il faut être un peu fou pour se lancer dans cette aventure !” Il y a vingt ans, quand il avait encore des cheveux sur le crâne, lui, l’ancien compétiteur, rêvait déjà de cette flamme olympique. “Je regardais les Jeux à la télé et je n’étais pas le seul grimpeur à me dire : ‘Purée, ça serait quand même bien qu’on aille aux Jeux !’”, rejoue-t-il, dans un bureau décoré d’un drapeau aux cinq anneaux. De fait, la fédération internationale d’escalade, créée en 2007, a œuvré pour y parvenir. Et si le lobby n’a pas suffi à convaincre le comité exécutif du CIO (Comité international olympique) en 2013, trois ans plus tard, celui-ci a finalement accepté l’escalade en tant que sport additionnel aux Jeux de Tokyo. “Peut-être que je ne suis pas objectif, mais avoir organisé les championnats du monde à Bercy en 2012 – et il y a eu une autre édition en 2016 –, c’était un bel accélérateur, estime le directeur de l’équipe de France. Le public était là, et les médias ont relayé l’évènement. On a rempli Bercy… enfin la moitié, car il y avait le mur face au public.” Le mur en question – de 15 mètres de haut – a depuis été acheminé au pôle France de Voiron. Un sommet de plus dans le décor montagneux de la région.

2021 06 01 Jo Escalade 018 Copie

Renaud Bouchez

Les frères Mawem pris la main dans le sac

2Les warnings qui s'allument

Outre les frères Mawem, la France sera représentée au Japon par Julia Chanourdie et Anouck Jaubert. “Il y a un quota de quatre athlètes par nation et trois pays dans le monde ont rempli les quotas : les États-Unis, le Japon et la France”, se félicite le dirlo. Et la nouvelle discipline olympique se disputera dans un combiné unique de trois épreuves : vitesse-bloc-difficulté. Au départ, certains athlètes étaient sceptiques. Ils craignaient de s’entraîner pour une (ou des) épreuve(s) inconnue(s) au détriment de leurs performances dans leur spécialité. Car autant la vitesse nécessite de l’explosivité, autant la difficulté exige de l’endurance. Bref, des morphologies a priori différentes, à l’instar des sprinters et des coureurs de fond en athlétisme. Quand l’alliage des trois épreuves d’escalade a été entériné en 2016, Anouck Jaubert, par exemple, était très loin de s’imaginer y participer. Elle rembobine sa réaction à l’époque : “C’est mort, ça fait 5-6 ans que je ne fais que de la vitesse, je suis à des années-lumière du niveau international en bloc et en difficulté, donc les JO, ce n’est pas pour moi.” Certes, chacune des trois épreuves requiert des qualités athlétiques différentes, mais peut-on résumer l’escalade à sa dimension physique ? Damien You donne sa réponse en soulignant tout le reste : “Pour trouver sa solution en escalade, il faut travailler le cerveau. Est-ce que je suis capable de me dire qu’à ce moment précis, c’est ce mouvement-là qu’il faut que je fasse ? Et après, tu as toute la gestion tactique : le moment où tu vas te relâcher pour pouvoir repartir vite et le moment où tu vas te calmer à nouveau parce que c’est une section plus fine… Et il faut décider en une fraction de seconde, un peu comme un pilote de chasse quand il a les warnings qui s’allument !”

 

 

“Pour trouver sa solution en escalade, il faut travailler le cerveau" Damien You

Les trois épreuves du combiné olympique

 

Anouck Jaubert a beau n’avoir quasiment jamais pratiqué l’escalade sur des falaises naturelles, pour le coup, elle a décidé de gravir un sommet en se lançant dans la course aux Jeux. “Venant de la vitesse, on n’est pas prédisposé à ce format-là, mais finalement, c’est ce qui me plaît le plus dans ce projet. Donc il y a eu le challenge d’aller chercher la qualification et maintenant la médaille”, sourit celle qui suit des études de kinésithérapeute. De son côté, Mickael Mawem n’a pas hésité. Quand le format olympique a été annoncé, cela faisait cinq ans que ce spécialiste du bloc n’avait pas fait de vitesse. Une éternité. “Mais je suis devenu plus fort en une semaine, balaye le cadet de la fratrie Mawem. Je vois mon frère grimper tout le temps, je vis ses séances d’entraînement et ses compètes comme si c’était moi.” Et pour cause, son modèle, Bassa, a été vice-champion du monde de la vitesse en 2018. Mais quel mode de calcul établir pour le combiné olympique ? C’est la question sur laquelle a planché un groupe de travail international, auquel le directeur de l’équipe de France appartenait. L’idée : permettre aux différents spécialistes de la vitesse, du bloc et de la difficulté d’être compétitifs. Le résultat : une formule valorisant les meilleurs de chaque discipline plutôt que des performances moyennes (par exemple : finir 1er-20e-20e permet d’être mieux classé que de finir 7e-8e-8e). “Si tu gagnes une discipline, tu as beaucoup de chances de remporter une médaille”, résume Damien. En somme, des athlètes aux caractéristiques très différentes sont susceptibles de se retrouver sur le podium. Ce qui fait débat dans le monde de l’escalade. “La vitesse est une épreuve très artificielle et n’a rien en commun avec la philosophie globale de l’escalade, selon moi”, grimaçait en 2016 la star tchèque Adam Ondra, aujourd’hui triple champion du monde de la difficulté et en lice à Tokyo. “C’est une polémique que je ne comprends pas, plaide Damien. “Pour moi, l’escalade, c’est se déplacer verticalement avec les pieds et les mains. Une fois que t’as dit ça, quand tu montes sur une échelle, tu fais de l’escalade…”

Les spécialités de l'escalade

Décryptage par Damien You

3À l’air libre

Retour quelques décennies en arrière. La Vie au bout des doigts , c’est le titre d’un documentaire culte consacré à Patrick Edlinger. En 1982, la caméra de Jean-Paul Janssen filme le grimpeur au plus près lors de ses ascensions en solo intégral, c’est-à-dire sans corde ni sécurité, où la moindre erreur occasionnerait la chute dans le vide. Aujourd’hui, cette pratique de l’extrême existe toujours, mais s’inscrit très partiellement dans un sport où la compétition s’est développée depuis les années 1980. “Les grimpeurs de ma génération se sont émancipés dans le sens où on s’est mis à faire des mouvements dynamiques, retrace Damien You. Nous étions dans une phase de transition. Et aujourd’hui, en bloc, ça saute dans tous les sens !” “Patrick Edlinger ? Entre lui et moi, je ne vois pas beaucoup de points communs, avoue Anouck Jaubert, ex-codétentrice du record du monde de la vitesse en 7s 32. Lui, c’est le côté nature, découverte d’un nouvel environnement, beauté du geste. Moi, ce qui me plaît, c’est améliorer ma gestuelle pour finalement repousser mes limites le plus loin possible.” Si la Stéphanoise trouve son plaisir de la grimpe en salle, Julia Chanourdie, l’autre tricolore qualifiée pour Tokyo, prolonge le sien dans la nature, avec son baudrier. “À côté des compétitions, j’ai toujours fait de la falaise”, confie cette spécialiste de la difficulté qui a quasiment grandi dans une salle d’escalade, tenue par ses parents à côté d’Annecy. “La falaise, c’est un combat face à soi-même, et pas face aux autres. Et je sais aussi que cela m’entraîne pour la compète, donc c’est complémentaire.”

 

 

Dans la tête de Julia Chanourdie

3e femme à grimper une voie cotée 9B, celle d’Eagle 4

 

En novembre dernier, plutôt que de passer le deuxième confinement entre quatre murs, Julia Chanourdie est partie camper pendant un mois au pied du mont Ventoux avec son copain et des amis, et un van fourni par l’un de ses sponsors en guise de tente confortable. “La vie était très simple, retrace la grimpeuse de 24 ans à la chevelure blonde. Le matin, on se levait tranquillement. On allait à la falaise toute la journée. On grimpait, on se faisait plaisir. Le soir, c’était apéro et douche dans la rivière… Bon, à la fin, les douches dans la rivière, ça commençait à être rude, mais après, ce sont des supers souvenirs !” Mieux, pendant ce trip, elle a réalisé une performance immense. Julia Chanourdie est devenue la troisième femme au monde à réussir une voie cotée 9b (l’un des plus hauts niveaux de difficulté en escalade sportive, le maximum étant 9c+, ndlr), en l’occurrence “Eagle 4”, sur la falaise de Saint-Léger. “Il m’a fallu dix jours. Normalement, pour une voie aussi dure, cela prend parfois plusieurs semaines, plusieurs mois, voire plusieurs années. J’ai été surprise de la faire aussi vite, c’était un truc de fou !”, raconte celle qui a ensuite répondu à des interviews depuis son van. D’ailleurs, la Haut-Savoyarde n’avait jamais passé autant de temps à grimper de la falaise que lors de ce mois de “confinement” dans le Ventoux. “J’ai trouvé ça super, parce que je suis arrivée au bout de mon projet assez rapidement, mais, petit à petit, je sentais que l’entraînement me manquait, note celle qui a terminé 2e du tournoi combiné de qualification olympique en 2019. Donc j’avais quand même envie de retrouver l’entraînement avec des grosses séances dans des salles, des séries où je sens que je suis éclatée à la fin de la séance. Même de la prépa physique, je sentais que ça me manquait. Comme quoi, ça veut bien dire que j’ai besoin des deux : la falaise et la compétition.” À l’instar d’une nomade de l’entraînement comme Julia Chanourdie, ou d’un exilé à l’autre bout du monde tel Bassa Mawem, les grimpeurs tricolores se préparent donc aux Jeux avec des fonctionnements qui leur sont propres. Une souplesse tolérée et même nécessaire à la réussite, d’après Damien You : “Le champion fait un pas à droite ou à gauche par rapport aux autres. Et il va gagner parce qu’il ne va pas faire les choses exactement comme tout le monde. Chacun doit créer son propre style, qui lui permet en fonction de ses ressources de s’offrir des solutions.”

2021 06 01 Jo Escalade 025 Copie

Renaud Bouchez

4Trouver sa voie

Retour dans la salle d’escalade du pôle France de Voiron, où une jeune fille bondit dans tous les sens jusqu’à se retrouver dans la position du cochon pendu. Oriane Bertone, 16 ans, s’entraîne sur un bloc sous le regard attentif de son papa. Sa main lâche la prise. “Là, j’ai perdu 3 millimètres de peau d’un coup !”, dit-t-elle preuve à l’appui en montrant ses doigts. La double championne du monde 2019 du bloc et de la difficulté catégorie minimes représente le présent et le futur de l’équipe de France. Quelques jours plus tard, elle disputera sa première finale de Coupe du monde de bloc chez les seniors à Meiringen en Suisse, avec une deuxième place à la clef. Une performance qu’elle rééditera ensuite à Salt Lake City. En attendant, elle grimpe, tombe, remonte, retombe et ressaye tant que le chrono défile. “Je me fais plaisir dans la recherche des mouvements, certifie l’ado, le regard pétillant et un large sourire dévoilant un appareil dentaire. Quand je me suis pendue par les pieds tout à l’heure, la première chose à laquelle j’ai pensé, c’était : efficacité. Je me suis dit : ‘C’est possible d’arriver en haut.’ Quelqu’un de censé ne l’aurait pas fait. (Rires.) Moi, j’avais envie. Parfois, ça peut m’être utile de ne pas faire des trucs très logiques.” Alors, quand elle ne bûche pas son bac de français à distance, la grimpeuse de La Réunion cultive sa folie dans la salle :“J’ai toujours eu cette tendance à faire un peu n’importe quoi. Et je pense que si on m’enlevait cette liberté, ce serait différent. Je pense que j’apprécierais moins d’aller grimper et de faire des circuits.”

2021 06 01 Jo Escalade 019 Copie

Renaud Bouchez

 

Aux Jeux de Paris en 2024, le format de l’escalade va changer, pour le plus grand plaisir d’Oriane Bertone : il y aura d’un côté une épreuve de vitesse et de l’autre un combiné bloc-difficulté. Logiquement, après les Jeux de Tokyo, le combiné vitesse-bloc-difficulté devrait complètement disparaître du calendrier international. Malgré tout, la fédération française fait découvrir l’escalade sous toutes ses formes aux plus jeunes en maintenant chez les poussins-benjamins un championnat combinant les trois épreuves. “Au départ, les entraîneurs étaient sceptiques – le mot est faible – sur la vitesse, mais après ils m’ont dit : ‘Quand on a mis ça en place, les gamins étaient à fond !’ En fait, les petits n’ont pas d’a priori comme les grands, constate Damien You. On a aussi mis ça en place parce qu’on avait la conviction que la vitesse pouvait être utile dans les deux autres disciplines en matière de rapidité d’action, de tonicité, de dynamisme, de réflexion rapide… L’idée, ce n’est pas forcément de faire les trois en compétition, mais peut-être qu’un jour, il y en a un ou une qui va vouloir réunir les titres…” En attendant, les Jeux de Tokyo sont en approche, et les frères Mawem continuent de se tirer vers le haut. Bassa a une anecdote : “L’autre jour, mon frère me demande : ‘Tu t’entraînes à quelle heure demain ?’ À 14h, je commence mes runs rapides. ‘OK, tu poses le téléphone sur un trépied et je vais te regarder grimper.’ Avec le décalage horaire de Nouméa, il était 3h du mat’ en métropole. Micka s’est levé, il s’est connecté. Il a regardé mon entraînement pendant une heure. Ça m’a motivé. Et j’ai fait mes meilleurs temps de l’année sur cet entraînement.” Au Parc des sports urbains d’Aomi, les deux frères pourraient se disputer une médaille olympique, mais dans tous les cas, ils vont crier l’un pour l’autre.

 

Tous propos recueillis par Florian Lefèvre, sauf ceux d’Adam Ondra

See also

Follow us

Equipe de France youtube linkEquipe de France twitter linkEquipe de France Facebook linkEquipe de France Instagram link

Our olympic results

657

679

716


World Partners

  • Airbnb
  • Alibaba
  • Allianz
  • Atos
  • Bridgestone
  • Coca-cola
  • Dow
  • Ge
  • Intel
  • Omega
  • Panasonic
  • P&G
  • Samsung
  • Toyota
  • Visa

Premium partners

  • Groupe BPCE
  • EDF
  • ORANGE

Official partners

  • Cisco
  • FDJ
  • Lacoste