Biathlon : Un quatuor aux nerfs d’argent !

Relais masculin biathlon France Olympique médaille d'argent - Fillon-Maillet Jacquelin Claude Desthieux Pékin 2022

Getty Images - Patrick Smith

C’est du jamais vu ! Un rebondissement ahurissant de dernière minute a permis à la Norvège de remporter le relais masculin sur 4x7,5 km au nez et à la barbe de l’équipe de France qui s’adjuge cependant une superbe médaille d’argent avec quatre hommes qui ont parfaitement tenu leur rang dans l’ordre de leur entrée en piste : Fabien Claude, Emilien Jacquelin, Simon Desthieux et Quentin Fillon-Maillet. Pour le Jurassien, d’ores et déjà l’athlète français le plus médaillé en une seule édition des Jeux Olympiques, aux côtés de Roger Ducret (Escrime) à Paris en 1924 et Julien Brulé (Tir à l'Arc) à Anvers en 1920, il s’agit de la cinquième médaille en cinq courses. En attendant la mass start.

Ebouriffant ! Renversant ! Inédit ! Le biathlon est décidément le sport de tous les rebondissements. Alors que la course avait été avancée de trois heures, à 14h30, pour contrer le froid polaire, les premiers relayeurs s’élancent sous un soleil timide avec une température de -14° quand même. Ce froid sibérien semble convenir parfaitement à l’équipe du Comité Olympique Russe (ROC) qui prend le large irrésistiblement avec Khalili, Loginov et Tsvetskov. La France occupe une position de grande favorite et Fabien Claude d’abord puis Emilien Jacquelin semblent parfaitement maîtriser la situation malgré le vent qui ne facilite pas l’action sur le pas de tir.

Le relais français se maintient dans le trio de tête, même si la Russie, impeccable au tir, et plutôt à l’aise à la glisse, s’envole progressivement. Dans le troisième relais, Simon Desthieux est un peu à la peine sur les skis et il voit revenir assez rapidement sur lui le Bélarus, l’Allemagne et la Norvège avec Johannes Boe en troisième homme. Déjà quatre fois médaillé à Pékin (deux fois en or et deux fois en argent), Quentin Fillon-Maillet fait un peu figure d’épouvantail au moment où il reprend le flambeau pour le quatrième et dernier relais. La Russie a 44 secondes d’avance et quatre équipes semblent en lice pour se disputer les deux médailles restantes : la France donc, mais aussi le Bélarus, l’Allemagne et la Norvège.

Le tir couché ne change pas grand-chose. Latypov fait le boulot et repart avec une minute d’avance, il semble avoir course gagnée. Derrière, on s’observe, on joue au chat et à la souris. On se croirait presque sur le vélodrome de Roubaix avant le sprint final. Et c’est donc carabine en main, que les acteurs vont s’expliquer. Edgar Latypov n’est pas réputé pour ses qualités de tireur debout mais là, c’est la Bérézina, Waterloo et Trafalgar réunis en quelques secondes interminables. Le Russe ne met pas une balle dans la cible : 5 fautes puis une sixième. Il pioche jusqu’à plus soif et doit aller tourner sur l’anneau de pénalité. Les outsiders se muent en favoris et tirent pour l’or. Hallucinant. A ce petit jeu, c’est le Norvégien Vetle Sjaastad Christiansen qui s’en sort le mieux et repart en tête. La Norvège, en perdition lors des deux premiers relais, s’envole vers la médaille d’or. Quentin Fillon Millet part à la pioche mais il limite la casse et s’élance avec 27 secondes retard. Il n’est plus possible de combler ce retard dans le dernier tour et le Français gère son effort pour conquérir une nouvelle breloque. C’est donc sa cinquième médaille personnelle et la sixième pour le biathlon français à Pékin. L’Equipe de France obtient donc une 12e médaille dans ces Jeux, se rapprochant à grand pas du total de 15 podiums à PyeongChang il y a quatre ans. A noter également que la France n’avait curieusement pas obtenu de médaille en relais aux Jeux depuis Turin en 2006.

Emilien Jacquelin : « Cela fait quatre ans que je suis dans cette équipe et nous sommes devenus des amis. Je passe de merveilleux moments avec eux. Ils sont devenus des amis même si nous sommes tous les quatre très différents. C’est pour ça que cette médaille me tenait à cœur. Cela concrétise tous ces bons moments que l’on passe ensemble. Je pense avoir appris des erreurs du passé. Cette saison, j’ai fait mon job. Je trouve que ma forme est ascendante. Je suis bien mieux mentalement. »

Simon Desthieux : « C’est sûr que le scénario est incroyable. Johannes Boe a ramené la Norvège derrière moi. Il est vraiment très fort dans ce type de situation. Sur ce dernier tir, il y a eu tellement d’émotions. On se dit qu’il y a un coup à faire. Cela prouve une nouvelle fois qu’en biathlon, il peut tout se passer. Et finalement, cette médaille, on en connaît toute la valeur. »

Fabien Claude : « Aujourd’hui, on était tous un peu tendus. Mais on a donné le meilleur de nous-mêmes. Cette médaille est vraiment très belle. C’est plus qu’une victoire collective. C’est incroyable qu’on n’ait pas eu de médaille en relais depuis 2006. On a tous fait notre boulot. Aujourd’hui on avait de très bons skis. C’est une neige très lente mais on a tout donné. Aujourd’hui, j’ai tiré parti de l’expérience de toute la saison où je suis parti en premier relayeur. Je félicite les coaches pout tout leur travail. »

Quentin Fillon-Maillet : « J’ai suivi tout ça depuis le stade d’échauffement et c’était précieux de m’élancer en deuxième position. J’avais beaucoup de tension, c’est une course qui me tenait vraiment à cœur. J’avais tellement envie de partager ça avec les copains. Le dernier tir a vraiment été stressant et je m’en veux de ne pas avoir réussi un beau tir comme j’en ai fait les jours précédents. Il y avait une médaille d’or à aller chercher. Mais je dis un grand merci à mes coéquipiers et à toute l’équipe. On a vraiment passé un très bon moment. »

Biathlon : On en a eu pour notre argent !

Notre relais mixte tricolore ouvre le bal après une course complètement folle…

Quentin Fillon Maillet transforme le plomb en or !

IL L'A FAIT! Quentin Fillon-Maillet décroche son premier titre de Champion Olympique, et apporte sa première médaille d'or aux Bleus !

Quentin Fillon-Maillet écrit l'histoire

Quentin-Fillon-Maillet a remporté la poursuite en véritable patron réussissant un 20/20 au tir malgré les conditions de neige et de vent plus que délicates.

Patinage artistique : L’or de grâce

Partager

Lien youtube de l'Équipe de FranceLien twitter de l'équipe de France

Suivez-nous

Lien Facebook de l'équipe de FranceLien Instagram de l'équipe de France

Notre palmarès

690

716

759


Partenaires Mondiaux

  • Airbnb
  • Alibaba
  • Allianz
  • Atos
  • Bridgestone
  • COCA-COLA / MENGNIU
  • Deloitte
  • Intel
  • Omega
  • Panasonic
  • P&G
  • Samsung
  • Toyota
  • Visa

Partenaires Premium

  • Groupe BPCE
  • Carrefour
  • EDF
  • Le Coq Sportif
  • ORANGE
  • Sanofi

Partenaires Officiels

  • ACCOR
  • Cisco
  • FDJ
  • PWC