AccueilRechercher

Patinage artistique : L’or de grâce

Papadakis Cizeron danse sur glace Pékin 2022

CNSOF/KMSP

Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron ont répondu présent au rendez-vous. En danse sur glace, nos Français ont survolé le programme libre des Jeux de Pékin 2022 pour s’adjuger leur première médaille d’or olympique quatre ans après l’argent obtenu à PyeongChang. Sur l’élégie de Gabriel Fauré, une musique envoûtante et sombre, ils ont fait preuve d’une maîtrise technique totale servie par une chorégraphie inspirée leur permettant d’atteindre un total de 136,15 points alors que 130 leur auraient suffi pour s’adjuger le titre. 20 ans après, ils succèdent à Marina Anissina et Gwendal Peizerat, les derniers champions olympiques tricolores en patinage artistique.

 

Il est 12h28 à Pékin lorsque Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron entrent sur la glace du Capital Indoor Stadium. Ils sont les derniers à s’élancer après qu’ils ont battu le record du monde (90,83) lors du programme court deux jours plus tôt, s’installant largement en tête de l’épreuve de danse sur glace. La délégation française (où on trouve notamment Martin Fourcade et Claude Onesta) retient son souffle. La tension est immense. Mais le silence est impressionnant quand résonnent les première notes de l’élégie de Gabriel Fauré une musique choisie par Guillaume et validée par leur entraîneur Romain Haguenauer. On entend distinctement le bruit des lames sur la glace et les premiers mouvements s’enchaînent avec autant de fluidité que de grâce. Très vite, on plonge dans les méandres d’une chorégraphie puissante, inspirée et le premier porté libère les champions et leur entourage. Ce « tango entre la vie et la mort » comme l’a défini Guillaume, est tout simplement bouleversant.

 

L’’expression artistique, l’harmonie et la synchronisation de leurs mouvements frôlent la perfection. L’émotion est à son paroxysme. En ce jour de Saint Valentin, les patineurs sont seuls au monde, au sommet de l’Olympe. Plus aucun doute, les secondes s’égrènent, ils sont champions olympiques, les quelques centaines de spectateurs présents (huis clos oblige) leur offrent une ovation en mode mineur mais tout ça n’est que détail. Les huit années passées à Montréal, les dix-sept ans de leur partenariat, les milliers d’heures passées sur la glace et au bout du bout cette médaille d’or olympique qui succède à tant et tant de titres conquis en France, en Europe et dans le monde. Ils succèdent aux Duchesnay, à  Jayne Torvill et Christopher Dean sans oublier Marina Anissina et Gwendal Peizerat sacrés à Salt Lake City en 2002.

Kmsp 000633 0057

CNOSF/KMSP

 

Le classement final est également celui de la danse rythmique deux jours plus tôt. Gabriella et Guillaume devancent les Russes Victoria Sinitsina et Nikita Katsalapov, médaillés d’argent, et leurs partenaires d’entraînement américains Madison Hubbell et Zachary Donohue. Ils offrent à la France une troisième médaille d’or à Pékin, la onzième au total.

 

Gabriella Papadakis : « C’est assez indescriptible. Le temps n’existait plus vraiment. Avant de patiner, je n’arrivais pas à croire qu’on n’avait pas encore patiné et qu’on n’avait pas encore gagné. Et après avoir patiné, je n’arrivais pas à croire qu’on avait gagné. Tout se mélangeait. C’est un soulagement d’avoir fait la performance que l’on a faite. D’avoir bien patiné. Cette médaille a beaucoup de poids. C’est un symbole de beaucoup de choses. C’est le symbole de tout ce qu’on a traversé depuis quatre ans. C’est aussi le poids de tout le travail qu’on a accompli et de toute notre carrière. C’est hallucinant le poids qu’a cette médaille aujourd’hui. Je n’ai jamais été aussi stressée de toute ma vie. Cela représente tellement »

Guillaume Cizeron : « C’est comme avoir été dans une machine à laver d’émotions. Il y a eu tellement de petits instants que j’essaie de graver dans ma mémoire. Il y a beaucoup de regards avec nos coaches que j’essaierai de conserver. Cela fait tellement longtemps que j’attendais ça. On savait qu’on en était capables. Cette fois, on voulait que ça arrive. C’est sûr qu’on a une âme de compétiteurs. Cela nous donne l’énergie de nous dépasser. Il y a quatre ans, on n’avait peut-être pas voulu assumer le fait que l’on voulait gagner. Cette fois-ci, nous nous sommes surpassés psychologiquement pour nous donner les moyens de gagner. C’est quand même un gros risque de travailler pendant quatre ans pour un moment qui dure finalement sept minutes. C’est effrayant mais on a réussi. »

 

 

 

Les sélectionnés pour les Jeux Olympiques d’hiver de Pékin !

Découvrez nos athlètes d'hiver sélectionnés pour les Jeux Olympiques de Pékin.

Quentin Fillon Maillet transforme le plomb en or !

IL L'A FAIT! Quentin Fillon-Maillet décroche son premier titre de Champion Olympique, et apporte sa première médaille d'or aux Bleus !

Quentin Fillon-Maillet écrit l'histoire

Quentin-Fillon-Maillet a remporté la poursuite en véritable patron réussissant un 20/20 au tir malgré les conditions de neige et de vent plus que délicates.

Partager

Lien youtube de l'Équipe de FranceLien twitter de l'équipe de France

Suivez-nous

Lien Facebook de l'équipe de FranceLien Instagram de l'équipe de France

Notre palmarès

690

716

759


Partenaires Mondiaux

  • Airbnb
  • Alibaba
  • Allianz
  • Atos
  • Bridgestone
  • COCA-COLA / MENGNIU
  • Intel
  • Omega
  • Panasonic
  • P&G
  • Samsung
  • Toyota
  • Visa

Partenaires Premium

  • Groupe BPCE
  • EDF
  • Le Coq Sportif
  • ORANGE
  • Sanofi

Partenaires Officiels

  • ACCOR
  • Cisco
  • FDJ
  • PWC