Pour eux, les Jeux c'est déjà fini

51409268332 Edf3dc5f72 K

L. Percival - CPSF

Nous en sommes au 8e jour des Jeux Paralympiques de Tokyo, et même si la cérémonie de clôture n’a lieu que dimanche, 7 des 19 disciplines dans lesquelles les Bleus sont engagés ont terminé leurs Jeux. Une partie des effectifs a quitté le Village paralympique et se trouve dans l’avion direction la France. Bilan avec les responsables de ces sports pour qui Tokyo, c’est déjà fini.  

 

PARA AVIRON : Satisfaction et travail accompli

Charles Delval, chef d’équipe : « Nous avons un sentiment de satisfaction et de travail accompli. Nous avions un objectif de deux à trois podiums sur les quatre bateaux qualifiés, c’est chose faite. Six de nos athlètes repartent avec une médaille, c’est un bilan collectif fort. Nous sommes la seule nation, avec les Britanniques, à prendre plusieurs médailles, ce n’est pas rien. Notre seule petite déception c’est sur le double qui termine 9e, ce n’est pas la place qu’on pouvait attendre. Grande satisfaction en revanche pour les bateaux médaillés. Nathalie Benoit avait arrêté l’aviron après Londres (ndlr : médaille d’argent), elle a repris il y a trois ans, et a travaillé très dur, dans les moindres détails techniques, pour toujours faire mieux. Sur le quatre avec barreurs, les filles ont commencé l’aviron il y a seulement deux ans. On a réussi à en sortir le meilleur, elles nous prouvent qu’en peu de temps et beaucoup d’envie on peut réussir. » 

 

 

 

PARA TRIATHLON : Un leader qui confirme et de bonnes surprises

Nicolas Becker, chef d’équipe : « Le bilan est positif. Le contrat est rempli. Nous avons doublé notre quota d’athlètes par rapport à Rio. De cinq athlètes, nous sommes passés à neuf, soit douze personnes au total avec les guides. On a aussi doublé notre nombre de médailles. A Tokyo on visait l’or pour Alexis Hanquinquant, il a tout réussi, et nous avons eu aussi une outsiderAnnouck Curzillat, qui n’avait jamais fait de podium au niveau mondial mais qui a perfé au bon moment avec sa médaille de bronze. Derrière, nous avons la 4e place de Thibaut Rigaudeau en tandem et quasiment toute la délégation qui a réussi à faire soit 5e soit 6e. C’est consistant, une vraie force collective pour 2024. Le seul bémol concerne deux athlètes qui sont passés au travers de ces Jeux. Deux sur douze ce n’est vraiment pas énorme. Il faut accepter de ne pas avoir 100% de satisfaction. »  

 

ESCRIME FAUTEUIL : On repart soulagés 

Sébastien Barrois, chef d’équipe « Notre bilan est mitigé mais nous sommes soulagés de décrocher une médaille de bronze. Cette médaille, c’était une grosse surprise, on ne l’attendait pas sur cette arme-là.  Elle est arrivée la dernière journée, au terme d’une semaine compliquée. On s’attendait à mieux par rapport au potentiel qu’on avait sur cette équipe mais nous avons dû faire face à une grosse concurrence avec les Chinois et les Russes. On est une équipe en reconstruction, avec pas mal de jeunes qu’on va essayer de faire monter. Cette médaille va nous faire du bien dans l’objectif de Paris 2024.» 

 

PARA EQUITATION : La concrétisation du chemin parcouru

Fanny Delaval, cheffe d’équipe « Depuis Rio nous avons beaucoup travaillé et mis en place une stratégie pour faire progresser le para dressage en France. Le niveau international est de plus en plus relevé, les cavaliers et les couples sont à un niveau étonnant qui n’a rien à envier aux valides. Pour les Français, le début de compétition a été difficile avec la déconvenue de l’élimination de Céline GernyCa a été compliqué à digérer. Le lendemain Chiara Zenati, qui a seulement 18 ans et qui fait du haut-niveau depuis seulement deux ans, nous a offert une magnifique quatrième place. Elle nous montre qu’on est dans le bon chemin. Dans le Grand Prix par équipe, nous avons pris la sixième place, je ne l’aurais jamais imaginé ! Nous étions douzièmes à Rio, douzièmes aux Championnats du monde, douzièmes aux Championnats d’Europe. Céline, Chiara et Vladimir ont fait zéro faute, devant des nations très compétitives. C’est la concrétisation du chemin parcouru»

 

PARA HALTEROPHILIE : On ne pouvait pas faire mieux sur ces Jeux

Alexis Qerou, chef d’équipe : « Etant donné l’état de forme de nos athlètes, nous avons fait le mieux qu’on pouvait espérer. Il y avait une très forte concurrence autant dans la catégorie d’Axel que dans celle de Souhad, donc ces deux médailles, c’est génial. Depuis 1992, en Equipe de France Paralympique, il n’y avait pas eu de médaille chez les hommes. On savait que celui qui était placé devant Axel était intouchable, derrière ils étaient quatre au même niveau, quatre pour deux médailles. Axel a été formidable, il est vraiment allé chercher cette médaille d’argent. Souhad de son côté était blessée, et fragilisée par cette année de Covid. Ce qu’elle a réussi à faire à Tokyo est incroyable. 132 kg, on n’y croyait pas, elle ne pouvait pas faire mieux pour ces Jeux.» 

 

RUGBY FAUTEUIL : On a démontré qu’on faisait partie de la cour des grands

La France prend la 6e place du classement du tournoi, devant le Danemark et la Nouvelle-Zelande. 

 

Olivier Cusin, chef d'équipe : « On repart avec un grand sourire car on a participé à une belle épreuve. On s’est bien battus, on a donné le meilleur. Bien sûr, on a la frustration, d’avoir touché de près la demi-finale, ça s’est joué à un seul essai. Ca aurait été fort et grand d’aller chercher une médaille. Mais ce qui restera, on l’a démontré, c’est qu’on fait partie de la cour des grands. Nous avons plus que rivalisé contre le Japon et l’Australie qui sont de grandes nations. A Londres on avait pris la 8e place, à Rio la 7e et ici la 6e, historiquement c’est notre meilleur classement. On a touché du doigt le très haut-niveau. Grace à tout le travail produit en amont, l’équipe a progressé. »

 

PARA TENNIS DE TABLE, catégorie handicap psychique et mental : On voulait revenir avec au moins une médaille pour être visibles 

  • BRONZE : Lucas Créange, tournoi hommes en simple classe 11  
  • ARGENT : Léa Ferney, tournoi femmes en simple classe 11  

Marie Paule Fernez, Directrice Technique National de la Fédération Française du Sport Adapté « On voulait revenir au moins avec une médaille pour être visible. Avoir une médaille paralympique permet de parler du rôle éducatif du sport de haut-niveau pour les personnes en situation de handicap mental ou psychique. Alors deux médailles, c’est extraordinaire. On le mesure d’autant mieux qu’à Rio nous sommes rentrés sans médaille, ça a été une traversée du désert. Léa Ferney a montré des qualités d’avenir qui font d’elle une prétendante forte pour 2024. Ce n’est pas une débutante, elle a dix ans de tennis de table derrière elle, c’est une jeune fille qui adore la compétition. Lucas est un joueur classé dans les 300 meilleurs français valides, autiste, il a évolué dans le circuit ordinaire jusqu’en 2014, depuis, il est entrainé par Yves Drapeau. Ensemble ils ont réussi à créer un jeu nouveau. Le tennis de table c’est varier son jeu pour surprendre son adversaire, pour un déficient intellectuel c’est très difficile. » 

 

 

PARA JUDO : Satisfaits d’être dans la continuité de la belle campagne olympique

Cyril Pagès, entraineur : « On rentre plutôt satisfaits des résultats. Tout le monde a répondu présent en termes de motivation et d’engagement. Deux médailles sur trois représentants, c’est positif. Il nous a juste manqué la petite réussite qui fait pencher la balance en faveur d’un titre, ça aurait pu être meilleur mais c’est déjà satisfaisant. Confirmation avec Sandrine qui fait sa 4e médaille paralympique. Ce qu’elle a fait est extraordinaire en termes de régularité et de performance. Nos petits jeunes ont montré qu’ils étaient présents d’entrée, c’est de bon augure pour la suite. On est satisfaits d’être dans la continuité de la belle campagne olympique, on a pu capter cette énergie. Avec deux saisons mortes pour nos clubs en raison du Covid, on est contents de pouvoir mettre le judo en avant. » 

Share

Follow us

Equipe de France youtube linkEquipe de France twitter linkEquipe de France Facebook linkEquipe de France Instagram link

Our olympic results

678

706

755


World Partners

  • Airbnb
  • Alibaba
  • Allianz
  • Atos
  • Bridgestone
  • Coca-cola
  • Dow
  • Ge
  • Intel
  • Omega
  • Panasonic
  • P&G
  • Samsung
  • Toyota
  • Visa

Premium partners

  • Groupe BPCE
  • EDF
  • ORANGE
  • Sanofi

Official partners

  • Cisco
  • FDJ
  • Lacoste
  • PWC