Emmanuelle Morch : Une année pour tout repenser

L’histoire entre Emmanuelle Morch et le tennis fauteuil débute en 2011, trois ans après un accident de snowboard qui la prive de l’usage de ses jambes. Elle tape dans la balle tranquillement, une fois par semaine, mais pour cette compétitrice dans l’âme, il faut aller plus loin : « On m’a dit que j’avais du potentiel, on m’a parlé des Jeux Paralympiques. Je me suis lancée dans l’objectif de Rio 2016. » 

32 tournois en une année 

Sauf que pour se qualifier Emmanuelle doit figurer dans le ranking international. Jeune ingénieure, elle laisse pour un temps sa vie professionnelle, se consacre à 100% au tennis fauteuil et carbure pour une année de folie avec 32 tournois, soit 32 semaines de déplacements tout autour du monde, en 365 jours : « C’était la dernière ligne droite pour me qualifier, j’ai réussi à obtenir ma qualification pour Rio mais je suis arrivée épuisée, mentalement, physiquement. J’en avais trop fait. » A Rio, elle se retrouve face à des joueuses professionnelles depuis dix ans, alors qu’elle fait du tennis depuis simplement quatre ans : « Je ne savais pas comment gérer les blessures, j’avais des douleurs au poignet. » Emmanuelle participe au tournoi paralympique sans pouvoir joueur à son meilleur niveau. Frustrant, mais pas décourageant pour celle qui avait déjà la tête tournée vers 2020.  

« J’ai testé des choses nouvelles »  

Pour Tokyo, Emmanuelle aborde sa préparation différemment, l’expérience aidant elle apprend à gérer son physique et son mental. Pour elle, le report d’un an fut bénéfique : « En 2020 je n’étais toujours pas dans le classement*, il y avait très peu de chances que j’aille aux Jeux. Puis il y a eu le Covid et je me suis rendu compte que ça ne tenait à rien du tout, qu’il fallait surtout que je prenne du plaisir dans mon tennis. » Elle teste des choses nouvelles, travaille mentalement, fait de la sophrologie, de la méditation et même une formation d’auto-hypnose. « Tout ça m’a beaucoup aidé. » Bien consciente que pour certains athlètes cette année a été difficile, pour Emmanuelle « Peu importe, c’était une chance pour voir les choses différemment, pouvoir continuer à jouer ».  

Elle décroche sa qualification pour les Jeux Paralympiques de Tokyo en 24e position du classement international. Avec sa compatriote et amie, Charlotte Fairbank elle participera aussi au tournoi en double. Une chose est sûre, la joueuse qui arrive à Tokyo aborde ses Jeux d’une façon bien différente de Rio : « Même si je ne suis pas la favorite, j’arrive avec le plein de confiance et de détermination. Je vais donner mon maximum sur chaque match, voir jusqu’où l’aventure va continuer. » 

*Seules les 32 premières joueuses mondiales peuvent prétendre à une qualification pour les Jeux Paralymiques. 

 

Partager

Lien youtube de l'Équipe de FranceLien twitter de l'équipe de France

Suivez-nous

Lien Facebook de l'équipe de FranceLien Instagram de l'équipe de France

Notre palmarès

690

716

760


Partenaires Mondiaux

  • Airbnb
  • Alibaba
  • Allianz
  • Atos
  • Bridgestone
  • COCA-COLA / MENGNIU
  • Deloitte
  • Intel
  • Omega
  • Panasonic
  • P&G
  • Samsung
  • Toyota
  • Visa

Partenaires Premium

  • Groupe BPCE
  • Carrefour
  • EDF
  • Le Coq Sportif
  • ORANGE
  • Sanofi

Partenaires Officiels

  • ACCOR
  • Cisco
  • Danone
  • FDJ
  • PWC