AccueilRechercher

Eddie Potdevin : La pirogue des guerriers

CPSF

Eddie Potdevin, para athlète en pirogue VL3

Qu’on ne dise surtout pas à Eddie Potdevin qu’il fait du para canoë. Son embarcation c’est la pirogue. Dans la tradition polynésienne, ceux qui les utilisent sont des « aïtos », les guerriers du Pacifique, où la course de pirogue est un sport national. Une signification qui colle bien à l’esprit d’Eddie, guerrier venu du moto cross. 

 

Quand Eddie a découvert la pirogue en centre de réadaptation, quelques mois après l’accident de moto cross qui a changé sa vie, ce qui l’a accroché c’est la culture qui allait avec. Cette petite embarcation, aussi appelée Va’a est le sport national dans l’hémisphère sud : Tahiti, la course en mer, les guerriers, le torse nu… Un monde à l’opposé de ce qu’il connaissait, lui qui vient de la terre et de la boue, là où se jouent les courses de moto cross. Car avant ses 34 ans, la vie d’Eddie c’était la moto, une passion stoppée brusquement lors d’un accident sur une compétition qui lui coutera l’amputation de sa jambe gauche au niveau fémoral : « J’ai fait du moto cross toute ma vie. J’ai été champion de France de Mini SX. Je suis allé m’entrainer et faire des compétitions aux Etats-Unis. » En parallèle, il se lance dans l’immobilier : « Ca marchait bien, j’avais plusieurs agences » Quand son accident arrive, il repense toute sa vie et ses priorités « Je voulais tout envoyer balader ». Il stoppe l’immobilier et revend son affaire. 

La pirogue prend alors de plus en plus de place. Habitué au sport de haut-niveau, ses aptitudes physiques et mentales sont détectées par la Fédération Française de Canoë Kayak. De courses régionales en championnats de France, il arrive sur le circuit international en catégorie VL3 : « Comme tout ce que je fais, je m’y suis lancé à fond. » En 2017, il apprend que la pirogue devient un sport paralympique pour les Jeux de Tokyo : « Là je me suis dit : ça c’est pour moi. Je suis allé à un stage découverte Equipe de France, et c’était parti. » Il s’entraine alors 4 à 5 jours par semaine sur l’eau et 1 à 2 jours hors de l’eau. De quoi remplir un quotidien déjà bien chargé avec sa femme et ses deux petits garçons. 

« Un compétiteur reste un compétiteur » 

La pirogue est une embarcation avec un manche à pale unique, Eddie aime le côté alternatif du geste pour pagayer. Comme le moto cross c’est un sport individuel, une course de vitesse. Et du moto cross il réinvestit son expérience dans la pirogue : « Quand tu fais des départs à 30 gars serrés les uns contre les autres, sur des motos qui font 60 à 80 chevaux, ça t’apprend à relativiser l’appréhension du départ en pirogue. Bien sûr j’ai toujours le stress du départ car je veux gagner, un compétiteur reste un compétiteur. » 

Alors qu’il prend part à des Jeux historiques, qui verront pour la première fois la pirogue inscrite au programme, Eddie a hâte : « La pirogue c’est 200m seulement, c’est très explosif. Tu mets entre 80 et 100 coups de pagaie, tu finis complètement asphyxié. Je suis sûr que ça va plaire au public. »  

Alors rendez-vous le 2 septembre pour une course historique !

Partager

Lien youtube de l'Équipe de FranceLien twitter de l'équipe de France

Suivez-nous

Lien Facebook de l'équipe de FranceLien Instagram de l'équipe de France

Notre palmarès

690

716

759


Partenaires Mondiaux

  • Airbnb
  • Alibaba
  • Allianz
  • Atos
  • Bridgestone
  • COCA-COLA / MENGNIU
  • Intel
  • Omega
  • Panasonic
  • P&G
  • Samsung
  • Toyota
  • Visa

Partenaires Premium

  • Groupe BPCE
  • EDF
  • Le Coq Sportif
  • ORANGE
  • Sanofi

Partenaires Officiels

  • ACCOR
  • Cisco
  • FDJ
  • PWC