Le billet d'humeur de Dorian Coninx

" Il semblerait qu’il va se passer quelque chose au mois d’août en France. En tout cas, depuis quelques mois, lorsque je dis que je suis triathlète professionnel et membre de l’équipe de France, une question fuse, instantanée. « Et vous allez faire les Jeux à Paris ? » là où, jusque là, les plus érudits me demandaient si je courais à Hawaï ou à Embrun. 

Pour moi, les Jeux Olympiques de Paris ont débuté à Tokyo, en descendant du podium du relais mixte une médaille de bronze autour du cou. Il était alors évident que Paris, pour les trois prochaines années, serait le centre de mon monde.

Puurfilm

Trois ans plus tard, le compte à rebours s’emballe et c’est désormais un nombre à deux chiffres qui me sépare du mardi 30 juillet à 8 heures lorsque, sous le pont Alexandre III je plongerai dans la Seine.

D’ici là, ma vie sera simple. Nager, rouler, courir, manger mes 6 000 calories quotidiennes, me reposer… et recommencer.

Ce qui ne change pas grand chose à ce que je fais depuis des années sauf qu’il s’agit désormais de préparer l’événement d’une vie, les premiers Jeux Olympiques organisés en France depuis 100 ans.

PuurFilm

Ce seront mes troisièmes après une expérience ratée à Rio et un souvenir mitigé de Tokyo malgré la médaille.

Champion du monde en titre, troisième de l’épreuve test en août 2023, j’ai coché presque toutes les cases pour ma sélection. Il ne me reste plus qu’à réussir une belle perf lors d’une épreuve de la World Triathlon Series pour composter définitivement mon billet pour Paris.

La première épreuve de la saison, à Abu Dhabi a été annulée à cause de la météo et j’espère valider définitivement ma place le 11 mai à Yokohama au Japon. Je pourrai alors terminer ma marche d’approche vers le mois d’août.

Finalement, une saison olympique se prépare en gardant les choses simples. Pour moi, c’est à Grenoble, chez moi, avec mon groupe d’entraînement et Julien Pousson, mon coach depuis trois ans, que je m’entraîne. Il aurait été insensé de tout bouleverser et, au contraire, il ne s’agit que de peaufiner ce qui marche entre entraînement à la maison, stage, notamment en altitude et peu de compétitions.

Puurfilm

Ce qui change le plus aujourd’hui sont les sollicitations des médias qu’il faut gérer intelligemment pour ne pas y laisser trop d’énergie.

Il est important de continuer à mener une vie normale pour ne pas se laisser submerger. Alors, oui, un triathlète n’est pas qu’un ascète qui vit un œil sur le chrono et mange des graines. J’aime de temps en temps un bon restau, passer du temps avec ma copine ou mes potes, lire des mangas et mener aussi la vie d’un mec de trente ans qui aime les plaisirs de l’existence.

Bien sûr, cette année est particulière car tous les jours, un petit détail me ramène vers Paris. Le dévoilement des tenues olympiques, l’allumage de la flamme, tous ces symboles me  guident vers cette quête incroyable. Serein mais aussi impatient car c’est un privilège de disputer les Jeux Olympiques dans son pays, en faisant partie des meilleurs mondiaux. 

C’est la chance de notre sport car avec Léo Bergère, Pierre le Corre et Vincent Luis, nous sommes tous capables de jouer devant au mois d’août et notre force collective, notre complicité et notre envie de nous surpasser seront un de nos meilleurs atouts.

La suite, c’est à nous de l’écrire.

Dorian."

 

 

 

 

Partager

Lien youtube de l'Équipe de FranceLien twitter de l'équipe de France

Suivez-nous

Lien Facebook de l'équipe de FranceLien Instagram de l'équipe de France

Notre palmarès

690

717

760


Partenaires Mondiaux

  • Airbnb
  • Alibaba
  • Allianz
  • Atos
  • Bridgestone
  • COCA-COLA / MENGNIU
  • Deloitte
  • Intel
  • Omega
  • Panasonic
  • P&G
  • Samsung
  • Toyota
  • Visa

Partenaires Premium

  • ACCOR
  • Groupe BPCE
  • Carrefour
  • EDF
  • Le Coq Sportif
  • LVMH
  • ORANGE
  • Sanofi

Partenaires Officiels

  • Groupe ADP
  • Air France
  • ArcelorMittal
  • Caisse des Dépôts
  • Cisco
  • Danone
  • FDJ
  • GL Events
  • Île-de-France Mobilités
  • PWC